Vol surbooké : 4 informations indispensables

Publié le 22 Fév 2020

Un vol surbooké peut ruiner facilement votre projet de voyage. Cependant, sachez que vous avez des droits et que les transporteurs aériens sont obligés de respecter certaines règles. Voici quelques informations que vous devrez absolument connaître.

1- Le surbooking, c’est quoi ?

Le surbooking se définit comme une stratégie commerciale utilisée par une compagnie aérienne. Il consiste à vendre plus de billets que les places disponibles dans la flotte. Ici, le but du transporteur aérien est généralement de pallier les pertes financières qui sont souvent causées par les annulations de dernière minute des passagers. Pour la compagnie aérienne, il s’avère plus rentable de remplir un avion au maximum, surtout quand elle offre des tarifs à bas prix. Cependant, il n’est pas rare de voir que les vols sont surchargés. Dans ce cas, le transporteur est obligé de refuser l’accès à certains passagers. Le hic, c’est que ces derniers ont déjà réservé et payé leur place au préalable.

2- Le droit des passagers en cas de vol surbooké

Il faut noter que le droit des passagers est régi par un règlement européen qui permet de couvrir tous les vols intervenant dans l’espace aérien de l’Union européenne (UE). Étant donné que le transporteur aérien est entièrement responsable de l’annulation de votre vol, il doit dans ce cas vous porter assistance. La compagnie aérienne opte en principe pour deux solutions. Il se peut qu’elle vous propose un autre vol qui permet de vous acheminer vers la destination. Cela doit se faire dans les meilleurs délais, mais aussi dans des conditions de confort équivalentes. Par ailleurs, vous pouvez aussi bénéficier d’un remboursement intégral de votre vol. Cette compensation doit se faire dans un délai de 7 jours maximum.

3- Les indemnisations des passagers

Pour compenser les préjudices subis, les passagers doivent obtenir une indemnité financière de la part de la compagnie aérienne. Le montant à verser est déjà fixé par un règlement et s’applique sur tous les vols à destination ou encore en partance de l’Union européenne. Pour des vols d’une distance de moins de 1 500 km, l’indemnité est de 250 euros. Tandis que pour ceux dont la distance est comprise entre 1 500 km et 3 500 km, la compensation est de 400 euros. Par ailleurs, avec une distance survolée de plus de 3 500 km, les passagers peuvent recevoir jusqu’à 600 euros venant de la compagnie aérienne. Cependant, si en dehors de l’UE, le vol est refusé à cause d’un surbooking, il est envisageable de percevoir une indemnité encore plus importante.

4- Constitution d’un dossier pour l’indemnisation

Même si chaque passager faisant face à un incident de vol a bon droit avec son billet valide, il doit constituer un dossier pour l’obtention d’une compensation financière. Avec ces documents, il doit aussi être capable d’argumenter tout en joignant les preuves de la défaillance de la compagnie aérienne. Il est donc très important de toujours bien conserver les paperasses attestant la réservation, mais aussi le paiement du vol. On compte, entre autres, le billet électronique, la carte d’embarquement et les mails de confirmation de la réservation.